만화경 Kaleidoscope

신중덕展 / SHINJUNGDEOK / 愼重悳 / painting   2014_1119 ▶︎ 2014_1221

신중덕_만화경 Kaleidoscope-1_캔버스에 유채_181.8×227.3cm_2014

● 위 이미지를 클릭하면 네오룩 아카이브 Vol.20140523d | 신중덕展으로 갑니다.

신중덕 홈페이지_www.shinjd.org

별도의 초대일시가 없습니다.

2014_1119 ▶︎ 2014_1125 관람시간 / 10:00am~07:00pm

토포하우스 TOPOHAUS 서울 종로구 인사동11길 6(관훈동 184번지) Tel. +82.2.734.7555/+82.2.722.9883 www.topohaus.com

2014_1208 ▶︎ 2014_1221 관람시간 / 02:00pm~07:00pm / 일,월요일 휴관

Atelier Gustave 36 Rue Boissonade, 75014 Paris, France Tel. +33.1.45.38.94.11 www.ateliergustave.org

Kaleidoscope: Creating Endless Variations on Holistic Existence - From Matter to Rhythm, from Pulse to Kaleidoscope ● Shin Jung Deok's recent series Kaleidoscope has been named after the optical device that yields varying colors and patterns as several mirrors inside the tube reflect beads, pebbles, or bits of glass. Invented by a Scottish physicist in the early nineteenth century, 'kaleidoscope' was derived from the Ancient Greek Ancient Greek καλός(kalos; beautiful) and εἶδος(eidos; form), hence "the observing tool of beautiful forms." In Korea it is referred to as Man-hwa-kyeong (萬華鏡) as its colorful patterns are endlessly transmuted with no identical patterns showing up again. Shin has created his Kaleidoscope wherein all things in heaven and earth, from tiny particles to the whole galaxy, seem to appear and disappear in accordance with the eternal order and the shifting state of generation and demise. It is quite an ambitious project to capture both the structural order and the phenomenological state.

신중덕_만화경 Kaleidoscope-2_캔버스에 유채_162×130.3cm_2014

Structure and phenomena constituting the seemingly dual composition of Kaleidoscope are in fact founded upon a holistic principl eencompassing both, which is ascertained in the artist's career of more than thirty years. The trajectory and traces of his art bear witness to an overarching consistency throughout differing formal experiments: an all-inclusive, holistic universe. Since the 1980s Shin had explored the primordial energy of life in informel abstract canvases of subdued palette and rough texture; by around 2000, he moved towards an all-over composition in much brighter tone on which he superimposed prepared patterns; but soon afterwards flowers, stones, or human figures began to appear as a generative force of the rhythm of life. ● A series of Kaleidoscope is a final phase the artist has recently reached in this journey wherein delicate silhouettes of trees or flowers are laid over a solid underlying structure. Overall, the journey reveals a long trajectory from primordial materiality to the innate rhythm of life, and finally from the life rhythm to the order and state of existence. A culmination of all this, the Kaleidoscope contains the concrete materiality and the rhythmic pulse of life he left behind. It testifies to a holistic ontology, not a dualistic entity, which encompasses structure and phenomena into one.

신중덕_만화경 Kaleidoscope-3_캔버스에 유채_130.3×162cm_2014

Between Structure and Phenomenon ● "What is time? If no one asks me, I know what it is. If I wish to explain it to him who asks, I do not know," wrote St. Augustine in the Confessions(c.397). He gave a lively sense of aporia coming from a simple yet puzzling question, "what is time?" The profound difficulty of explaining what time is comes from the very rupture between spatialized, measured, linear time and experiential, immeasurable, non-linear time; a rupture between objectified conception of time and subjective, lived experience of it. The aporia of time has become the ultimate task and the most formidable challenge of philosophy. It is no surprise that Structuralism originating in the systematic linguistics of Ferdinand de Sassure has been criticized for its timeless, static notion of structure; any structure free from temporality may well be ensconced within the abstract realm of idealism, alienated from the concrete field of life experience. ● The structure and phenomena of Kaleidoscope appear to provide a wise answer to the aporia of temporality. Ostensibly, the work is composed of an abstract structure over which concrete phenomena are draped or superimposed. In fact, however, the artist has rendered persistent interaction to occur between them, transmuting the conceptual structure into a solid, material entity and concrete phenomena into fleeting, immaterial image. It is time that interpenetrates the two.

신중덕_만화경 Kaleidoscope-4_캔버스에 유채_112.1×145.5cm_2013

If the structure is kyeo(켜), a layer of time, then a phenomenon is kyeol(결), the grain of time. In Korean, kyeo means layers of sediment formed over time, whereas kyeol designates the grain of the layers in the current state. On the one hand, the structure of Kaleidoscope, in other words, the layers of time in the work, has been created by combining and superimposing several dissections of Chinese quince, the patterns of which are dealt with as constructive modules. However, instead of simply accumulating the modular patterns, the artist incorporated the practice of décollage in which he repeatedly pasted and tore off the patterns to create an intricate net containing the incessant processes of sedimentation and erosion. The ordered structure has thus been constructed by traces and effects of homogenizing disorder. On the other hand, the phenomenon of Kaleidoscope, that is, its grain of time, takes the form of trees or flowers; a keen observer would find that trees or flowers do not simply veil the structure or suspend over it, but rather grow out of the underlying structure. Eliminated of the volume and traced in meticulous lines, the gently shivering or vibrating forms are never fixed in any shapes. Nevertheless, the mirage-like forms do not result in chaos but take on structural and structured grains of their own. The visible, phenomenal disorder has been made to intermingle with the invisible, structural order.

신중덕_만화경 Kaleidoscope-5 _캔버스에 유채_97×130.3cm_2011

The One Who Aspires to Nirvana ● Shin has transposed the abstract structure into a concrete, lived field and immaterialized concrete phenomena into an abstract, ideational realm. As traces of the mind and the object, the structure and phenomenon are innately temporal and temporary. The Kaleidoscope delivers a universe of holistic existence where structure and phenomena, mind and matter, and being and non-being constantly oscillate in time to become one and the same. Trees and flowers weightlessly blooming in the pictorial field would fade into other layers of trace in accordance with the law of causes(因) and conditions(緣); the seemingly eternal structure would transform itself following the same law of connections. The artist's 'kaleidoscope' is the very structure and state of such relations all entities make to one another in every moment and throughout time; it is a kaleidoscope of being and non-being generated in the relational universe. ● Shin aspires to the state of nirvana in his persistent, recurring act of creation and de-creation. "One day I suddenly recognized all beings in the universe are connected and related on one or another level to change and transform endlessly," says the artist. He asks at the same time, "When can I reach perfect freedom, the state of nirvana?" His enlightened recognition certainly did not liberate him. But if his enlightenment did not lead him to freedom, it is perhaps because we, human beings, cannot be reduced to the pure mind; we are opaque, temporal bodies. As long as we exist in time as corporeal beings, we shall continue to linger between structure and phenomenon, between order and chaos. Human(人) is, after all, in-between(間) being. The Kaleidoscope is an invitation for contemplation on the in-between-ness of all related beings. ■ JUNGEUNYOUNG

신중덕_만화경 Kaleidoscope-6_캔버스에 유채_145.5×112.1cm_2011

Kaléidoscope : une réflexion sur la vie au travers de l'intersection espace-temps - Pour l'exposition personnelle de SHIN Jung-deok ● La série Kaléidoscope est une réflexion plastique menée par l'artiste SHIN Jung-deok sur la vie au travers de la considération de l'intersection espace-temps, réflexion qui se situe dans le droit fil de ses recherches sur la possibilité d'une expression qui caractériserait la nature de la vie au sein de la représentation picturale. Il s'agit d'une forme d'investigation se proposant de découvrir le mode d'être propre des choses, et l'on peut considérer comme l'univers individuel singulier de l'artiste cet univers qu'il instaure par une alliance entre l'abstraction et l'image de la vie. En faisant intervenir l'objet concret dans son principe pictural préexistant, principe régi par un caractère abstrait, l'artiste matérialise sur la toile un changement de regard et de point de vue sur le phénomène de la vie et de l'être-en-vie, sur la toile en tant que lieu où ordre et désordre balancent de façon indécise. ● Dans cette exposition de SHIN Jung-deok, des objets concrets apparaissent comme sur une scène, s'effaçant ou apparaissant confusément, scène qui se déploie en diachronie dans l'espace matériel du fond d'écran de ses tableaux. Ainsi l'on peut voir dans ses œuvres un arbre apparaître en un espace où flotte une lumière segmentée, comme en un monde qui serait regardé à travers un kaléidoscope. Volant au gré de cette lumière, des débris aux allures de feuilles que l'arbre aurait vomies font paraître l'arbre tout en le dérobant, le cachent comme pour l'effacer. Les éclats brillants qui forment la structure du fond d'écran sont constitués par un motif régulier. Ce motif régulier vaut d'ailleurs à la fois comme principe premier de construction abstraite dans sa pratique artistique et comme fusion des divers aspects de sa peinture, et on le retrouve fréquemment dans ses œuvres. En effet, l'aspect de ce motif, qui vient de celui de tranches de coing coupées par l'artiste lui-même, est utilisé à la fois comme une simple configuration, dont tout sens est exclu, et comme morphème, en tant que segmentation. Finalement, ces motifs lient géométriquement un espace à un autre tout en laissant des traces de type uniforme qui s'effacent mutuellement par superposition. ● En se combinant plastiquement ces fragments unitaires semblent composer la vie, et cela nous évoque cette parole du biologiste autrichien Ludwig von Bertalanffy : 『La nature fondamentale de la vie est une structure』. Ces fragments sont comme cette sorte d'unité de base qui constituerait la structure de la vie, et l'écran de l'œuvre est comme construit, tissé, par le processus de leur assemblage progressif et innombrable. L'artiste les désigne comme 『paragraphes de milieu』, c'est-à-dire interposés entre un espace et un autre, et il construit son fond d'écran en tant qu'objet fractal, selon un plan systématique et en suivant une règle et une récurrence. Ce fond d'écran, ainsi réalisé, en vient à pouvoir exister indépendamment, pour lui-même, en tant qu'image essentielle douée d'une forme structurelle stable, et il peut ainsi jouer le rôle de support résistant et dense, réalisant une structure macroscopique. Cependant il se sacrifiera finalement, devenant simple support pour des configurations qui viendront s'y superposer. Il aura cependant permis que soit généré un rapport de tension décisif en ménageant cette rencontre d'une image de la vie sur un support d'énergie concentrée. ● SHIN Jung-deok dévoile des configurations concrètes, qui apparaissent comme des images de la vie même dans un espace structurel formé tel un cosmos, cosmos considéré par l'artiste comme un filet dynamique d'événements interconnectés. Sa manière frôle l'abstraction tant l'expression symbolique y est quintessenciée. Comme si l'artiste, redevenu enfant, songeait que l'arbre est passage et échelle qui a pour fonction de relier le ciel et la terre, on voit en un espace de lumière explosive un arbre, démesurément grandi, se dresser du bas jusqu'en haut du fond d'écran et y déployer ses branches. Sur ces branches épanouies, tel un tatouage désordonné gravé dans cet espace cosmique d'apesanteur que génère l'artiste, des cubes, des hypercubes, demeurent, comme en suspens, affleurant ou bien semblant sur le point de se retirer. D'où un complexe chaotique de formes cubiques, tantôt voilées ou effacées, tantôt claires. Les configurations concrètes qui apparaissent sur le support, ordre constitué par le désordre, reproduisent de nouveaux désordres. L'artiste lie ce processus d'évolution réalisé par rencontre à l'entropie. Entropie signifie en fin de compte changement d'énergie, et l'artiste entend maximaliser l'accroissement de l'énergie en rendant possible la circulation du désordre à l'ordre au travers du processus d'une pratique minutieuse et systématique. Ici, l'augmentation de l'entropie, encore une fois le fait que s'accroît le désordre, est une condition préalable pour créer l'ordre. Cela coïncide finalement avec cette parole de l'artiste : 『Pour créer l'ordre, il faut créer le plus grand désordre』. ● Ces configurations dessinées au moyen de lignes répétées, comme si l'artiste voulait y intensifier l'essence de la vie, par exemple ces bourgeons accrochés aux branches et à l'arbre même, ces cubes vibrants, cet instant où une fleur, sous le vent, se cambre dans une touffe d'herbes ébouriffée, celui d'une autre en pleine floraison, celui de la Vénus de Willendorf émergée, cette nage d'une pierre décrite concrètement, etc., tous ces objets qui font leur apparition sur le fond d'écran ont un point commun. C'est que tous sont arrêtés en un présent immobile. Cette scène, constituée par l'arrêt de ces objets en ce présent saisi par SHIN Jung-deok, est montrée comme le moment antérieur nécessaire pour aller vers une autre étape du cycle de la nature. On le perçoit comme le moment dramatique d'une certaine évolution, prise justement sur le point de se produire. Dans un monde où rien ne demeure inchangé, lorsque l'on considère les choses comme des unités de vie, elles sont soit de l'être achevé relativement à l'étape précédente, soit de l'être inachevé par rapport à l'étape suivante. Et ce cycle successif d'achèvement et d'inachèvement visible dans le phénomène de la vie, nous le voyons dans ce phénomène de répétition par l'artiste de retraite et de révélation sur le fond d'écran de sa peinture. Dans les phénomènes de la nature, les changements affectant la vie, changements subis sous l'action du temps qui passe, sont comme une sorte d'événement. Bref, c'est parce que dans la relation entre tel temps et tel espace le caractère physique des objets à la fin disparaît, que ne reste dans l'œuvre de SHIN Jung-deok que cette sorte d'événement. Cet événement, qui est le porte-parole d'une dimension spirituelle pour l'artiste, en qualité d'être réel, peut être considéré comme la réalité ultime qui constitue l'univers de son œuvre. ● Dans l'espace cosmique du fond d'écran généré selon son principe d'ordre, SHIN Jung-deok procède alors à l'intersection entre espace et temps, introduisant le temps en l'évoquant par une image de la vie apportée de la réalité. Grâce à cela, son œuvre instaure tout d'abord une relation au travers d'une rencontre entre l'ordre (le principe) et le désordre (l'entropie), puis conçoit ensuite une autre dimension du principe. L'échelle, en tant que voie d'accès, passage, qui apparaît dans chacune de ses œuvres, est peut-être un symbole de cette possibilité de changement et de déplacement que son œuvre possède en elle-même. En quelle dimension, en quel point se trouve l'artiste, quand il dit : 『Un jour, j'ai soudainement compris que toutes les choses sont liées dimensionnellement et changent』 ? On espère trouver la réponse au travers du kaléidoscope proposé par l'artiste. (Octobre 2011) ■ LEEBOKYOUNG

Vol.20141119d | 신중덕展 / SHINJUNGDEOK / 愼重悳 / painting